Le Pouvoir de la Vontonté Blog personnel Fanny Allemand

Le Pouvoir de la Volonté

La Volonté qu’est-ce que c’est ?

Déf: « Ce que veut quelqu’un et qui tend à se manifester par une décision effective conforme à une intention »

 Citation : « Il n’y a qu’une route vers le bonheur : c’est de renoncer aux choses qui ne dépendent pas de notre volonté ». Épictète

La volonté de vouloir, bien plus qui croire.

À mon sens la volonté humaine est un pouvoir actif sur notre corps qui va permettre part l’intention de booster certaine de nos fonctions par la combinaison de facteurs qui peuvent amener un corps à une guérison.

L’intention de vouloir guérir n’est pas si simple et demande à notre corps et à notre psychique un grand accord.

Le choc traumatique ou émotionnel d’un état peut se traduire par un chaos biologique dans notre corps et il détourne le rôle fondamentale de nos fonctions vitales.

L’information de la volonté de vivre va se traduire par une information envoyée par notre cerveau à toutes les fonctions vitales de notre corps pour les  réorienter à un bon fonctionnement.

À lire comme ça, ça paraît simple mais il n’en est pas moins que la mise en pratique est quelque chose de complexe.

Restons pour le moment sur une interprétation simplifiée.

Quand un corps subi un traumatisme, qu’il soit physique ou psychique, ou encore quand le corps est attaqué par une maladie, automatiquement il va se mettre en mode défense et va donc envoyer toutes ses forces à l’endroit même du dysfonctionnement.

De nombreuses substances vont se libérer dans notre corps qui va mener un combat acharné pour réparer les lésions. Quand ces fonctions se mettent en place, tout le reste de notre corps va se mettre « au repos » c’est-à-dire qu’il va continuer à mener à bien le maintien de notre condition mais sans en délivrer toutes ses facultés optimales. Sur un traumatisme physique et sans gravité, la durée de ce repos va être que temporaire et donc ne va pas créer de gros dégâts. Cependant quand le traumatisme va durer dans son traitement, là le corps va perdre énormément de force et va créer une suite de lésions qui vont au fur et à mesure créer d’autres complications.

Quand notre corps subi une attaque, n’importe laquelle que ce soit, l’important est d’agir vite.

Vous allez aider votre corps, en le booster par des prises de médicaments comme des antibiotiques par exemple, si c’est une attaque bactérienne, virale qui traine trop ou quand il y a une plaie trop importante pour éviter l’infection. Quand il y a infection votre corps se met en mode défense. Les micros organismes appelés agents infectieux ( bactérie, champignon, virus etc) viennent se nicher dans vos cellules et vont propager l’infection à de nombreuses cellules de façon extrêmement rapide. Si votre corps n’est pas immunisé contre cette attaque, pour vous défendre votre corps va relâcher des défenses naturelles qui vont venir combattre l’infection. Pendant ce combat votre température va augmenter et votre système immunitaire va tourner à plein régime en fabriquant de nombreux anticorps pour vous défendre. La prise d’antibiotique sera nécessaire pour aider votre corps à combattre plus rapidement cette infection. Car je vous le rappelle si notre corps est attaqué , le reste de nos fonctions elles sont en repos et donc plus le combat va être long , plus les risques de complications ou ce qu’on appelle séquelles sont important.

Je ne vais pas rentrer dans « les antibiotiques c’est pas automatique », car pour moi personnellement cette définition n’a pas de sens quand elle est prise par notre société d’aujourd’hui au premier degré dans toutes les situations. Oui il est important en cas d’attaque virale de laisser son corps créer une sorte d’immunité qui va vous guérir et empêcher lors d’une nouvelle contamination de développer les formes les plus graves des maladies. Comme un peu le principe des vaccins.  Mais mon avis là dessus et que quand l’attaque virale reste trop longtemps présente, il est nécessaire de prendre des antibiotiques car les risques de séquelles et les risques d’atteintes sur nos fonctions vitales, comme souvent est le cas sur nos poumons ou notre foie, là je ne suis plus d’accord.

Pour l’avoir vécu personnellement, les attaques virales quand elles ne sont pas soignées à temps créées de réels traumatismes dans tout notre corps. Si vous l’avez lu précédemment dans ma vision des maladies auto-immunes, ma thrombopénie auto-immune est arrivé par l’attaque d’un virus (angine peut être) qui a détourné les fonctions principales de mon corps, la défense par les globules blancs en cas d’attaques, et la coagulation en cas de blessures.

Mon corps c’est tout d’un coup mit à se battre contre lui même, mes globules blancs prenaient mes plaquettes comme des virus et les attaquaient ce qui provoqué un combat dans mon corps perpétuel et sans relâche !

Imaginez quand j’attrapais le moindre petit virus par la suite ? Un chaos pour mon corps : fatigues perpétuelles, douleurs, problèmes de peau, mauvaise digestion etc

Bien sûr que le corps peut se remettre tout seul de ses traumatismes à long terme avec un travail sur soi extrêmement fort comme je vous l’ai démontré dans mon dernier article. Mais même si je prône les énergies et l’approche plus naturelle des possibilités de guérison, il n’en est pas moins par expérience que la médecine et certains traitements sont fondamentaux à notre survie et c’est ce qui explique d’ailleurs la longévité de notre survie à tous depuis les dernières décennie. Agir oui, mais agir vite et bien, sans trop d’abus et avec la volonté de le contrôler. 

Mon avis sur la médication se fera sur un prochain article un peu plus détaillé mais en attendant, vous allez vous dire quel est le rapport avec la volonté ?

Et bien j’y viens, de façon la plus objective possible.

Je vous ai parlé globalement d’un traumatisme, de l’impact sur notre corps par la délivrance de substances qui va venir optimiser une guérison aidée où non par un traitement médical complémentaire.

Et je précise bien médical complémentaire.

Car la guérison peut être aidée par la médecine mais en aucune façon si la volonté elle-même de notre corps la commande. C’est un accord qui ne va pas l’un sans l’autre.

Avoir la volonté de vivre ou de survivre, même pour les plus petits traumatismes cette définition prend tout son sens. Et bien sur, le guide premier de toute cette volonté va être nos émotions. Elles vont conduire à une action soutenue par l’acceptation qui va ensuite accompagner la volonté à se mettre en marche et à agir pour le bien fait de notre corps.

Médicalement le soutien supplémentaire, en dehors du fait de combattre une infection si tel est le cas, va être celui d’aider le corps à délivrer le moins de douleurs possible à notre cerveau. C’est-à-dire qu’il va venir stopper ou ralentir la douleur par une prise d’anti douleurs qui vont venir aider votre corps à vous prendre moins d’énergie sur la gestion de votre douleur et donc moins vous épuiser. 

(Je reviendrai sur un prochain article sur le rôle de la douleur et sur sa gestion, car il existe de multiple possibilités, sans passer par la voie médicale, de travailler sur la gestion des douleurs)

Verbaliser cette intention qui est la volonté est une très bonne chose. Comme « je veux guérir » mais elle ne sera pas suffisante si vous ne mettez pas tout votre environnement en condition. L’environnement et notre consommation sont des points cruciaux dans la guérison dite naturelle . 

Je ne reviendrai pas sur le sujet du stress mais celui-ci doit être banni. Car si l’on devait rajouter du stress à un corps qui subi un traumatique et dont les fonctions vitales du bon fonctionnement sont en repos ,alors les débats augmentent considérablement .

L’environnement à un rôle crucial dans l’accompagnement de la volonté. Il va définir un cadre qui va permettre une stabilité au niveau des fonctions mentales. Et permettre une acceptation sur le traitement choisit. 

Il doit être soutenu par une consommation saine mais également selon le traumatisme d’un nettoyage du corps pour éliminer les toxines. Comme notre corps est en repos, l’élimination naturelle des toxines qui le polluent ne va pas se faire comme elle le devrait et donc créer une accumulation qui à long terme va  être dangereuse pour notre santé.

L’élimination de ces toxines peut se faire de façon tout à fait naturelle.

Exemple: Le jeûne s’il est encadré et surveillé et surtout en fonction des capacités de notre corps à un bien fait extraordinaire.

De nombreuses mises en pratiques par de multiples patients ont démontré que par le jeûne le corps est capable lui-même de se détoxifier de toutes toxines et il permet au corps de se réparer et de relancer tout un système immunitaire à 100 % de ces capacités.

Mais sans allez jusqu’à 10 jours de jeûne ce qui pourrait mettre votre santé en dangeren fonction de la pathologie du traumatisme. Il est possible avec des plantes et une consommation extrêmement liquide comme simplement de l’eau avec un ph recommandé et une consommation de vitamines et nutriments qui vont booster de façon naturelle votre système immunitaire et aider à l’élimination de toutes ces toxines. D’autant plus quand il y a prise de médicaments, l’élimination des toxines doit être une priorité.

À cours ou long terme vous allez aider votre volonté à reprendre le dessus sur ces traumatismes qui ont envahi votre corps et aider, bien sur, à ce que vos fonctions en repos soient maintenant dans l’attente que votre corps est terminé de réparer ou guérir le traumatisme reçu.

La volonté est donc bien plus qu’un pouvoir. C’est une intelligence qui est capable elle-même de mettre en condition une guérison sans ou avec un moindre soutien médical.

La Volonté de savoir s’écouter, la volonté d’accepter et de vouloir. 

Un exemple : Si vous étiez une graine, votre volonté serait d’accepter de grandir en acceptant de prendre cette eau qui vous est envoyée du ciel. Une fois un peu plus grande vous allez avoir la volonté d’accepter les rayons du soleil qui vont vous permettre de grandir encore plus et de vous ouvrir tel un arbre à mille feuilles. Votre engrais qui sort de la terre sera votre énergie. Votre protection sera toutes ces écorces que votre intelligence a mis tout autour de vous pour vous protéger. Quand une écorce tombe et fait saigner, votre volonté sera d’agir sur la blessure sans détourner le rôle principal de votre être, qui est de continuer à vivre. Que vous soyez une espèce végétal ou un humain, vous remarquerez que nos besoins et nos fonctions sont identiques dans leurs perceptions. 

Prochain article sur la gestion médicalisée ou non de la douleur et les traitements par les énergies.

Défiler vers le haut Défiler vers le haut